Gunnar Smoliansky
Signs and Traces
2017-03-17 to 2017-04-29

Un carré, des lignes, des ronds et des aplats en noir et blanc. Des images sans autre drame que la rencontre d’une oblique avec une courbe, ou le dialogue d’un grain avec des ombres. A 83 ans, un photographe, disciple de Christer Strömholm, nous raconte des histoires de choses, sans autre narration que la géométrie et la lumière en échappement libre des codes de l’urbain, de l’architecture ou du technique. Ce discours insensé fait de la banalité des choses communes, se transforme en véritable leçon de beauté du quotidien.

A l’instar des fragments de lumières ordonnés par Le Corbusier pour Lucien Hervé, la complexité des géométries de rencontre, les contrepoints de trames et de lisses courantes deviennent pour Gunnar Smoliansky le théâtre jouissif d’histoires insensées de l’ombre et de la lumière dans des « jeux savants, corrects et magnifiques ».

La photographie ne prend que des fragments de choses réelles. Mais Gunnar Smoliansky regarde la réalité de notre monde avec la distinction que notre triste quotidienneté nous empêche.