Michael Ackerman
Michael Ackerman
Galerie VU' 2001-05-18 to 2001-09-08

Le monde ne s’organise plus, comme c’était le cas avec "End Time City", autour d’une unité de lieu. La géographie ne fait plus sens, si ce n’est pour un photographe dont le voyage s’est déplacé vers l’Europe (France, Italie, Pologne) tout en conservant ses racines américaines (Times Square à New York, entre autres, mais aussi Cabbagetown). Le monde (mais cela a toujours été le cas) n’est figuré que parce que le regard et la vie de Michael Ackerman se sont confrontés à lui et qu’il a choisi de nous donner en écho ses étonnements, ses visions, ses souffrances et ses bonheurs pour une fiction qui utilise le réel afin de nous verser dans un chaos de sentiments, d’épreuves, de perceptions qui ne cherchent jamais ni l’anecdote significative ni la représentation du réel. La photographie s’inscrit dans une façon de vivre, de traverser la nuit, d’interroger à la fois des situations qui ne se livrent jamais tout à fait mais qui nous renvoient à notre propre expérience. Le monde est généralement urbain et de plus en plus nocturne. Monde tremblé, traversé de presque fantômes, laissés pour compte de la consommation, marginalisés, perdus dans un monde intérieur dont nous ne saurons jamais vraiment, tant les regards s’éloignent, quelle est la part de souffrance (évidente) qu’ils subissent et quelle possibilité de plaisir (dans des étreintes) leur reste ouvert. Depuis la traversée hallucinée de Bénarès, le regard a évolué, s’est radicalisé, a exploré d’autres limites de la photographie. Si la mort reste en toile de fond, inéluctable et déjà éprouvée par bien des vivants qui hantent l’espace, des visions de villes traversées et au bord de l’engloutissement et des corps nus offerts à un plaisir sans futur, ponctuent maintenant le parcours. Des passants que la nuit avale, un chien noir dans la ville, un portrait du Musée d’Auschwitz, et, en point final, pendant d’un plafond délabré, l’abat-jour métallique d’une ampoule qui ne donne pas la lumière.

Christian Caujolle